mardi 17 avril 2018

Dernières pièces d'hiver


Le printemps semble bel et bien là... Le temps de revenir sur trois pièces phares de mon dressing de cet hiver


Commençons par le monstre, mon nemesis couture 2017; je veux bien sûr parler de mon blazer-boulet qui m'en aura fait baver.

Ce modèle me faisait rêver depuis l'achat du magazine, et il aura fallu le projet de Garde-robe Capsule pour que je me lance enfin. J'ai choisi un magnifique -et couteux- lainage bleu marine ainsi qu'une crêpe de viscose des coupons saint Pierre en guise de doublure.
Comme la pièce s'annonçait complexe, je me suis lancée dans une toile pour comprendre le montage et vérifier le fit. A part quelques errances quand aux étapes de couture, tout se passe bien. Même si Burda est assez laconique dans ses explications, on a toujours les petits chiffres de montage sur TOUS les coins des pièces, ce qui m'a sauvé à peu près tout le temps. C'est d'autant plus vrai lorsque l'on a une dizaine de pièce rien que pour le col (!!!).
Je pense avoir surtout accumulé les  difficultés à cause de mes choix de tissus... et de couleurs.
Découdre un lainage à tissage texturé bleu marine en plein hiver ou un crêpe de viscose qui s'effiloche et se détend pour un rien... comment dire...Je pense que ça se passe de commentaire !



grrr ce col qui se rebiffe toujours!



J'ai également pas mal galéré à mettre en forme mes poches à rabat passepoilées ainsi que mon double col à cause de l'épaisseur du lainage+thermocollant apparemment inadapté. 

Tout cela parait tellement logique, mais lorsque l'on a une idée bien précise en tête... -obstination quand tu nous tiens-

Je vous épargne également les millions de fois où j'ai du reprendre mes ourlets, les zones pas assez dégarnis etc... Je crois que vous avez compris que j'en ai bavé et que c'est bien parce que le lainage m'avait couté quelques piécettes que je ne l'ai pas brûlé sur l'autel de la déesse-mère du Découd-vite.


Pour toutes ces raisons, j'ai pris un moment à vraiment l'apprécier, mais ça y est! Elle est très confortable, avec juste ce qu'il faut d'aisance pour mettre quelques couches en dessous tout en pouvant gesticuler. La coupe est plutôt droite, et elle a quand même plus d'allure ouverte que fermée. Une gradation un peu plus généreuse aux hanches aurait été mieux. Je suis assez fière d'en être arrivée à bout et qu'elle ressemble à quelque chose! 
Le lainage tient bien chaud, par contre le tissu bouloche déjà légèrement avec ma anse de sac à main... *soupir*

Veste 121 Burda Décembre 2011, taille 38
2m de lainage (Boutique Au fusau, à Annecy)
2m de crêpe de viscose (Coupons Saint Pierre)

 
---

Autre réalisation bien plus rapide et moins douloureuse, aka le grand retour de la Blouse Camas.
J'avais cousu une première version quasiment à la sortie du patron, mais il m'aura fallu 2 ans pour me motiver à retravailler l'encolure qui était bien trop profonde. J'ai repris le même tutoriel d'Ivanne S. que j'avais utilisé pour la robe Sureau. Je ne sais pas si c'est très académique, mais ça semble bien fonctionner. De mémoire, j'ai enlevé 2-3cm. J'ai également repris les manches qui n'étaient pas très ajustées. 


Je suis toujours assez dubitative sur les finitions de ce patron. Elles sont très aboutis et donne un résultat très propre, mais je les trouve plus adapté à un tissu chaine-trame qu'à une maille. Autant de parmentures (empiècements d'épaule et encolure) donnent tout de même énormément de d'épaisseurs qui ne s'écrasent pas aussi bien qu'un tissu non extensible. Si je la refait, je pense que je me tournerai davantage vers un tissu chaine-trame fluide.



Blouse Camase (Thread Theory)
1,5m de jersey de coton (Boutique Au Fuseau, Annecy)
Boutons récupérés sur une chemise d'homme


---

La dernière pièce de ce trio est un tricot, il s'agit du gilet My Dear Watson de NCL Knits.
Autant je trouve toujours un million d'idées de châle ou de pull, mais je m'emballe difficilement pour les gilets. C'est La pièce qui manque constamment à mon dressing, mais force est de constater que je suis très difficile dans ce domaine. Je n'ai pas eu de coup de cœur pour ce modèle à sa sortie, mais bien plus tard quand j'ai découvert cette version.


  

J'aime beaucoup sa coupe à manche tombante, et en plus il combine deux de mes points préférés: le jersey et les mailles torses. Côté laine, je me suis fait plaisir, je me suis offert la sublime Tonkinoise de Patte de velours, coloris Rose Givrée.
C'est un vrai régal à tricoter, et j'avoue que c'est grâce à ce fil que j'ai surmonté la monotonie du jersey sur la fin.
Je n'ai rien à dire sur le patron, je l'ai trouvé très clair. Le seul petit doute que j'ai eu était au niveau de l'enforme de l'encolure, où l'on ne sait pas trop quoi faire de son motif par moment. Mais lorsque l'on y réfléchit tout est assez logique.

La couleur étant très difficile à prendre en photo, voici la photo officiel, pour rendre honneur à cette magnifique couleur! :)

Mes modifications: J'ai raccourci le corps et j'ai continué les diminutions des manches jusqu'aux côtes pour qu'elles soient bien ajustées. J'ai également tricoté davantage de rang avant les rangs raccourcis des épaules pour coller à mon échantillon.
Je l'ai souvent porté depuis fin Février et il est très agréable. La couleur s'accorde à merveille avec mon dressing, et le fil est d'une douceur folle. J'espère pouvoir le porter encore un peu les matins! ^^

My Dear Watson, NCL Knits
1000m de fil fingering Tonkinoise de Patte de velours, coloris Rose Givrée.
Aiguilles 3mm
Boutons plastique marrons (Mercerie des Etuves, Montpellier).


A bientôt pour les premières pièces du printemps!



2 commentaires:

  1. j'aime beaucoup tes 3 réalisations! mais j'ai un coup de cœur pour le gilet!!! il a l'air très confortable! et il est surtout très beau!!

    RépondreSupprimer
  2. Tu en as galéré avec cette veste mais tout est bien qui finit bien, heureusement !
    J'aime beaucoup le patron de la blouse Camas que j'ai réalisé deux fois mais en tissu chaine et trame (en effectuant des ajustements aux manches). Et j'ai aussi remonté le décolleté sur la deuxième.
    Je me posais la question de la coudre en jersey bien fluide mais ce que tu en dis me donne à réfléchir ...

    RépondreSupprimer