jeudi 4 octobre 2018

A mi-chemin


Un soir d'été un peu frais, une promenade en bord de mer un peu venteuse, une journée d'hiver dans un bureau surchauffée; qui n'a pas ressenti le besoin d'une de ces pièces magiques ni trop chaude, ni trop couvrante, mais un peu tout de cela quand même!? Aujourd'hui, je vous présente trois pièces cousu et tricoté dans cette optique. 


Veste Nenuphar: 

Lorsque le patron est sorti, la pièce m'attirait sans être bien certaine que le style s'accorde avec ma garde-robe. Comme je suis faible et que j'avais très envie de tester, j'ai craqué! 

C'est surtout la version unie, épurée et très japonisante qui me plaisait. Je ne suis pas très fan des kimonos façon plage/robe de chambre très bariolés que l'on voit partout dans le commerce. 
Je suis donc parti sur une version très sobre, dans une sorte de toile de soie noire. C'est un tissu qui présente quelques irrégularités de tissage comme le lin, ainsi qu'un aspect un peu tencel aussi.
J'ai souvent eu du mal à marquer les coutures au fer, ce qui se voit un peu sur les photos.  Du coup j'ai cousu la parmenture du col à la main car je n'arrivais pas à avoir un résultat précis et propre à la machine.
Nombreuses étaient les couturières qui n'aimaient pas les fronces au dos. Je suis plutôt de la team pro-fronces pour le coup, je trouve justement que ça allège l'ensemble ( pour ma morphologie en tout cas).









 Plutôt que de le montrer façon été, j'ai choisi de vous le présenter comme je le porte en ce moment: comme une veste mi-saison où l'on peut même glisser un petit gilet fin dessous, avec mon Safran et un châle. Elle est très confortable, même à vélo, et elle trouve doucement sa place dans ma penderie. 
Cousue fin Juillet, je l'ai également pas mal porté sur mes robes avec la taille marquée ( Robes fit and flare standard, ma centaurée, etc) ou lorsque j'avais un short.

J'ai également réalisé cette veste pour ma maman dans un mélange viscose/lin bleu foncé. Elle était bien contente de pouvoir enfiler toute seule une jolie veste alors qu'elle venait de se faire opérer de l'épaule!



 


Fournitures:
1,5m de toile de soie noire (Toto)
2m de mélange lin/viscose en laize 130 (Toto)


Iris shrug:

Melody Hoffmann (alias bmandarines sur les réseaux sociaux) est l'une de mes designeuses tricot préférées. 
D'habitude, j'évite les boléro car je trouve que ça augmente vite ma carrure (comme ce fut le cas pour le Maeve shrug que j'ai revendu). Cette fois-ci, je me suis laissée tentée car j'aimais beaucoup la dentelle et le joli drapé du modèle. 




 Le patron est très limpide, la dentelle est simple et très relaxante à réaliser. Le seul reproche que je trouve au patron c'est le montage de l'encolure. On nous demande de monter un certain nombre de maille, sans aide tels que "2 mailles sur 3" par exemple. Personnellement, je déteste ce genre d'instruction car je me retrouve toujours au bout de mon relevage sans avoir le bon compte et je suis bonne à tout recommencer. Du coup j'ai fait à ma sauce en relevant environ 3 mailles sur 4. 
A part cela, le patron est très bien concu puisque le bolero tombe parfaitement sur les épaules sans en partir toutes les 2 minutes, et les manches sont ajustées juste comme il faut pour bouger dedans sans problème. 


Comme mon fil était plutôt sport que fingering, je n'ai fait que 9 répétitions de motif pour obtenir la taille requise. 
Parlons du fil justement: rien de bien foufou, il s'agit du merinos 150 de Lang. Un fil tout simple mais avec LE vert canard parfait (et non pas bleu canard comme sur la moitié des photos!). Comme ce fil est  un peu élastique, j'avais peur de ne pas obtenir le drapé du modèle, mais finalement ça fonctionne bien. 

J'ai porté cette pièce très souvent pendant l'été, et vu le maxi chauffage au boulot, je pense  également le porter comme petit gilet le reste de l'année. 



Fournitures:
4 pelotes de Merinos 150 de Lang, soit 570m de fil sport. 
Aiguilles 3,75mm


Kyna Shawl: 

J'ai beaucoup de gros châle assez volumineux, j'avais donc envie d'un petit châle que l'on porte comme un foulard. 
J'ai enfin dégainé le joli livre que le chéri m'a offert lors de nos vacances écossaises (acheté à la boutique Shilasdair). Il s'agit d'un recueil de patrons de châles de Lucy Hague, l'une des spécialistes des motifs celtiques. Ce châle est l'un des plus simple, puisqu'il s'agit d'un châle en fingering à un écheveau, tricoté d'une pointe à l'autre, avec un motif d'entrelacs fait de mailles glissées. 







Je pensait le tricoter rapidement; que neni! Le plus compliqué a été de retenir les différentes bordures autour du jersey et du motif. Après 10cm, j'ai compris qu'il fallait réserver ce projet aux moments où je pouvait me concentrer pleinement dessus et surtout pouvoir y consacrer au moins 2h de suite pour le voir avancer. Le centre demande également pas mal d'attention puisqu'il est formé de rangs raccourcis. 
Lorsque l'on possède le livre, on doit parfois naviguer entre deux-trois pages, ce qui est un peu pénible. Vu la complexité des motifs, je trouve quand même le livre bien expliqué et bien pensé. 



Côté laine, il s'agit du mérinos retordu By simone, coloris Mercurey, un très beau rose un peu sourd et légèrement orangé. C'est dommage qu'elle n'ai jamais refait cette couleur car elle est magnifique! J'ai utilisé un peu moins de 400m ( 332m précisément). 

Comme c'est du merinos, le châle glisse un peu sur les épaules. Au bout de quelques ports, j'ai ajouté un bouton à l'une des pointes pour le fixer dans les points ajourés de l'autre côté. 
Je pense qu'il serait plus grand et qu'il gagnerait en tenue avec une autre fibre tel que du bfl ou un fil plus rustique. Ici il fait 150cm par 50.
J'en suis tout de même bien contente et il change un peu de mes autres châles. 





Fournitures: 
1 écheveau de By simone merinos sw (coloris Mercurey)
aiguilles 4mm



A bientôt!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire